Insidy Logo
26 avril 2022

Le retour du fauteuil Chiclet

C’est le fauteuil qui a fait le plus fait parler de lui ces derniers temps : le fauteuil Chiclet fait son grand retour dans l’édition.

@adenwang

L’esthétique modulaire du Chiclet vous parle forcément. S’il ne connaît pas de succès lors de sa première édition en 1976, en 2022, l’attrait pour le post-modernisme et les esthétiques rétro font du fauteuil une vraie star du design. Quarante-cinq ans après sa création, le Chiclet meuble les plus beaux intérieurs contemporains et s’accorde avec tous les styles, des plus classiques aux plus ludiques.

Et s’il était uniquement disponible en version vintage depuis des décennies, depuis un an, l’assise culte de Ray Wilkes est à nouveau produite par son éditeur historique Herman Miller.

@adenwang

Raconte-moi l’histoire du Chiclet…

Dans les années 1970, la société américaine Herman Miller vend principalement du mobilier industriel pour les bureaux et universités. Alors qu’elle a pour ambition de diversifier ses gammes, l’entreprise fait appel à un certain designer britannique nommé Ray Wilkes. Elle lui confie la mission audacieuse de développer une nouvelle ligne de sièges attrayants. Les critères requis : douceur, confort, solidité, facilité d’assemblage et d’entretien.

En 1976, ce minimaliste autoproclamé a envie d’expérimenter. Il profite d’un nouveau procédé de fabrication utilisé par Herman Miller pour la ligne Chadwick Modular Seating pour réaliser une assise ludique, aérienne, comme en lévitation. Défi relevé.

Fauteuil Chiclet © Herman Miller

La fameuse technique ? Les coussins sont fabriqués en « mousse moulée par injection », un procédé révolutionnaire à l’époque et pourtant si facile d’utilisation. Le rembourrage se glisse dans les coussins en créant un carré parfait aux angles arrondis terriblement accueillants. Les mêmes courbes qui caractérisent les dragées américaines qui ont donné leur nom au fauteuil.

« Pour tout dire, j’aime la simplicité. C’est ma philosophie de vie. Un jour, un architecte
m’a dit que j’étais un vrai minimaliste. Or, le minimalisme ne consiste pas seulement en lignes
droites. Le plus important est la forme, et la simplicité de sa création. » Ray Wilkes.

Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976
Archives promotionnelles d’Herman Miller, 1976

Les nouvelles déclinaisons du Chiclet

Fauteuil Chiclet © Herman Miller
Fauteuil Chiclet © Herman Miller

Lors de sa première édition, le Chiclet se décline dans six versions selon le nombre de places. Aujourd’hui, l’assise se suffit à trois tailles : un canapé monoplace, une causeuse et un canapé trois places.

Concernant la palette de couleurs, les nuances d’origine sont relancées avec une pléthore de nouveaux coloris.

Le tissu d’origine n’est en revanche plus produit mais l’éditeur a trouvé de nouveaux textiles très contemporains, comme du Maharam et du Flamiber bouclé.

L’essayer c’est l’adopter

Fauteuil Chiclet © Home Union

Malgré son design « réconfortant », la ligne de Ray Wilkes a été abandonnée après seulement une décennie. C’est le marché de l’occasion et l’attrait pour le mobilier des années 1970 qui a récemment suscité un engouement autour du Chiclet. Tellement, que la pièce se fait extrêmement rare sur les sites d’occasion et atteint souvent des prix exorbitants. Le meilleur moyen de trouver un Chiclet est de se rendre sur le site Herman Miller.

Pour un fauteuil monoplace neuf, comptez au moins 1500€, et pour un canapé trois places, 2000€. Pour une pièce vintage, comptez entre 2000€ et 4000€. Le site de seconde main Home Union propose parfois des Chiclet dans un très bon état, ouvrez l’œil !

Fauteuil Chiclet © Home Union
Fauteuil Chiclet © Home Union
Fauteuil Chiclet © Home Union
Fauteuil Chiclet © Home Union
Fauteuil Chiclet © Home Union

POURSUIVRE LA LECTURE